AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
L'Ange Mutin
Nombre de messages : 82
Grade : Guérisseuse.
Familles : Argansa ✝【Humaine】; Anry ✝【Père】; Arya ✝ 【Mère】; Idriss Cariel et Rian ✝ 【Frères】
MessageSujet: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   Ven 13 Mar - 21:25


King Of A Castle Dead ✝ Ace.


Ace est un loup âgé de trois ans, il fait partie des Hurricanes et possède le grade d'Espion. Anka le surnomme l'Ombre parce qu'il est silencieux et qu'il vit essentiellement la nuit. Il a tué sa famille durant sa jeunesse, ne supportant pas l'autorité de ses pairs. Il est arrivé sur Road of Freedom aux côtés d'Anka, qu'il cherche désespérément à placer en sureté.
Histoire

Au commencement.
Une louve à la pelisse neigeuse. Gracieuse, et hypnotique.
Elle est nommée Argan. Une Solitaire.
Ses prunelles rougeoyantes croisèrent la silhouette d'un mâle fraîchement débarqué sur les terres. Un touriste, ni plus ni moins. Il était terriblement beau, et sa fourrure mêlait les nuances d'or, d'ocre et de blanc.
Mais, surtout, c'était un loup arrogant. Imbu de lui-même. Fondamentalement mauvais.
La louve savait toutes ces choses, et tomba éperdument amoureuse malgré cela. De cette liaison naquirent trois louveteaux.
Le premier, identique à leur génitrice, Eten, une louve intégralement blanche.
Ensuite, ni semblable à sa mère, ni même à son père, il y avait Ace.
Une minuscule masse à la fourrure sombre. Entièrement noir, sans la moindre nuance.
Et enfin, un louveteau femelle à la pelisse ambrée, mêlant le roux à des prunelles gris orage.
Mais, un problème subsistait. Où était Cirent ? Où était leur père ?

Argan, tu ne seras pas mère.
Des crocs émoussés titillent ses flancs délicats.
Le louveteau attaqué pousse une plainte à peine audible, suivi d'un grondement sourd. Il s'élance violemment sur son assaillant, qui l'entraîna dans sa chute. Les louves roulèrent longuement, dans un concert de gémissements plaintifs, et de grognements.
Eten et Ace ne s'aimaient pas. Ils ne jouaient pas. Ils se battaient.
Les dents du cadet se refermèrent violemment sur le premier membre qui lui passait sous le museau. Un antérieur. Le droit, peut-être. Un jappement quitta les lèvres de l'aînée, qui repousse en vain la colère de son frère. Mais c'était trop tard.
Ce qui, aux yeux de leur génitrice, n'apparaissait que comme de simples chamailleries, se mua peu à peu en une rancune grandissante. Tout était source de conflits.
Mais, aux premières lueurs de printemps, le jeu prit soudainement fin.
Un mâle avait repéré les louveteaux qui "jouaient". Et, silencieusement, il s'était coulé hors de sa cachette. Ace était seul, à cet instant.
« Ta mère semble beaucoup aimer ta soeur. » Lui murmurait-il, froidement. Un rictus tordait ses lèvres.

Quelques mètres plus loin, dans une clairière, Argan s'occupait de sa progéniture, les deux louveteaux restants. Savourant la paix précaire qu'instaurait la séparation des deux aînés. Ace ne disait rien. Il souffrait en silence.
Le sourire de Cirent grandissait encore.
« Si Eten disparaissait, ta mère n'aimera plus que toi. »

Ses mots frayèrent leur chemin dans l'esprit embrumé de l'enfant. Il hésitait sincèrement, désirant plus que toute autre chose l'affection de sa mère.
Pourtant, ce fut involontairement que la vie d'Eten s'essouffla. Lors d'un jeu. Juste un jeu d'enfant. Il n'y avait pas de colère, cette fois. Seulement une bonne humeur qui ne durerait pas, seulement la joie. Les fleurs colonisèrent les champs, et les louveteaux jouaient dans les herbes hautes.
Mais, à nouveau, les provocations et les coups de l'aînée touchèrent profondément son cadet, et les jeux redevinrent violents. Les griffes lacéraient les chairs, traçant quelques sillons sanguinolents.
Bondissant sans ménagement l'un sur l'autre, il y eut finalement un craquement.
La tête d'Eten dodelina dangereusement, oscillant de droite vers gauche. Ace écarquilla les yeux, mortifié, il secoua le corps de sa jumelle sans obtenir la moindre réaction.
L'enfant tenta de hurler, sans grand succès, sa voix demeurait coincée dans sa gorge étroite. Le souffle lui manquait. Il pleurait ?
Argan n'était pas là. Elle s'était détournée, juste une minute, le temps de faire glisser dans sa gorge quelques délicieuses goulées d'eau limpide.
Lorsqu'elle se retourna pour apercevoir ses enfants, la louve immaculée découvrit le corps sans vie de la première, et le second ne se trouvait nulle part. La petite dernière se pressait contre elle, sans comprendre ce qu'il se passait.

L'Ange devient Démon.
« Tu as déjà le sang d'Eten, ta propre soeur, sur les pattes. » Répétait inlassablement son géniteur. Il le motivait.
A quoi ? A tuer. Tuer un lapin. Achever un daim. Peut importait l'animal, tant que cela constituait une proie. Tant que cela excitait l'instinct de prédateur de sa progéniture.
La conscience du loup se taisait peu à peu, cessant de le harceler lorsqu'il prenait une vie. Ses émotions, aussi. Bientôt, du jeune loup ne resta plus qu'une coquille vide.
L'entraînement continuait.
Cirent détruisait son fils. Piétinait ses sentiments. Il le poussait dans ses derniers retranchements.

« Tu souffres ? » Lui demandait-il parfois.
Si, dans un élan de sincérité, Ace avait le malheur d'acquiescer, son père soustrayait son repas. Dans un premier temps, revêche, le loup montrait les crocs, se débattant furieusement contre l'influence de ce paternel tyrannique. Mais rien n'y fit.
Le louveteau ne savait pas chasser, du haut de ses quatre mois.

« C'est pour ton bien. » Répétait Cirent.
"C'est pour mon bien" chuchotait Ace lorsqu'il sentait son courage faillir.

Voilà que le vent rôde.
❝Ne craint rien, mon enfant.❞
C'était ce que tu disais, en me scrutant méchamment. Je sentais ton regard mauvais sur ma nuque fragile. Et tu souriais.
Et tu te moquais.
J'entends ton rire sournois, qui sonne froid dans mon dos. Tu ne m'aideras pas. Tu ne me sauveras pas, non plus. Mais je souris.
Je pleure, aussi.

Et il y avait cette biche, dégageant son délicieux fumet tout près de nous. Tu me pousses de ton museau noir, m'incitant à me dépêcher en faisant claquer ta langue. Tu es agacé. Je suis désolé.
Mais tu comprends, du moins tu essaies. Je ne suis qu'un enfant. Tu insistes. J'ai peur, tu sais ?
Mais ça t'es égal.
❝Tue-le.❞
Ne me dis rien. Ne m'y force pas.
Mais tu ne m'entends pas. Finalement, j'y vais. J'émerge des fourrées, silencieusement, comme tu me l'as appris. Tu as vu, je me souviens de tes leçons. Je m'applique.
Tu es heureux ? Tu es fier, papa ?
Non, tu continues de me regarder froidement, et tu ne m'adresses pas une gentillesse.
Ce n'est pas la biche que tu veux que j'attrapes. Non, c'est ce qui l'accompagnes. Alors je pleure, intérieurement.
Dans un bond, je me jette sur cet enfant. Sur ce nouveau-né. Un faon.
Le sang gicle à gros bouillon. Il macule ma fourrure adorée. Je deviens rouge comme l'hémoglobine, et mon visage ruisselle.
Mais je ne suis pas triste, je le regarde tomber sans une plainte. Et tu me rejoins, tu grondes. Tu me félicites ? Merci.
❝Tu es mon fils, Ace.❞
J'acquiesce en silence. Bien sûr que je le suis. Je n'accepterais pas un tel traitement, si ce n'était pas le cas.
Mais tu me rabroues, tu m'éloignes de notre repas. Tu manges en premier, c'est la règle. J'obtempère, je m'écartes sans broncher. Et j'observe. Je te dévisage, dans un premier temps, puis mes prunelles bleutées dévient. Où sommes-nous ? Avais-je demandé, un jour. Tu ne m'as jamais répondu.
Où est maman ? Nouveau refus.
Ton mutisme me dérange. Je veux savoir. Mais tu ne veux pas m'apprendre.
❝Concentre-toi sur les cibles.❞
Et j'acceptais. Je ne rechignerais pas. Je ne me plaindrais plus. Alors, tu m'aimes, papa ?

Il se prenait pour Dieu.
J'ai six mois, tu sais. Tu te fais plus rude, désormais.
Mais je suis docile. Alors tu tolères mes écarts.
Un matin, je te quittes tandis que tu somnoles encore, et je me rends à la rivière qui s'écoule dans notre forêt. Je le sens. Un loup, tout proche.
Je vais le chasser, pour que tu sois fier, papa.
Tu comprends ? Tout ce que je fais, c'est pour toi. Juste pour toi.
Je dévoile mes crocs, et gronde. Le loup me fixe gentiment, intimidé, il recule. Je m'avance, menaçant. Je pensais un instant à tuer. Mais, tu sais, c'est difficile. Il est comme moi. C'est un canidé.
Je ne veux pas avoir davantage de sang lupus sur les pattes. C'est douloureux, tu comprends ?
« Je m'appelle Jiva. » Balbutia le mâle.
Il paraissait gentil. Vraiment.
Il y avait beaucoup d'odeurs sur sa fourrure. D'autres loups ?
Ça m'attire, tu sais. La meute. Sa chaleur, sa proximité. Mais ce n'était pas pour moi. Tu ne veux pas de ça. Tu veux être tout puissant, tu aimes écraser les autres loups. Surtout les mâles, tu ne les aime pas.
« Ace. »
Suspicieux, il me scruta un moment, sans rien ajouter. Puis, il acquiesça. Je ne te trahis pas, mon père adoré, mais ma curiosité a besoin d'être satisfaite, tu sais.
Alors, renonçant à mon comportement menaçant, je m'assieds au bord de la rivière. Je le harcèle de question sur sa vie. Sur sa meute.
« Tu es seul ? Tu pourrais me rejoindre. A la meute, je veux dire. »
J'aurais aimé pouvoir accepter. Mais, tu me détesterais, si je le faisais.
Alors, je préfère décliner l'offre. Le loup ne comprend pas, il insiste.
« Mon père est un Solitaire. Je serai un Solitaire pour toujours, je lui ai promis. »
Je fus surpris de mes propres mots. De mon propre aplomb. Ce n'était pas l'envie qui me manquais de fuir ce tyran. Mais rien n'y fit.
Mais, tout changea, quelques jours plus tard.
L'attachement que je vouais à ce jeune loup fraîchement arrivé compromettait l'enseignement que Cirent s'ingéniait à me transmettre. Les sentiments affluaient. Ils débordaient en moi, tandis que mon rire résonnait, faisait écho à la dernière plaisanterie envoyée par ce mâle impudent.
Mon père était mécontent, bien qu'il n'en montra rien de plus qu'à l'accoutumée. Mais, la nuit venue, mon coeur acheva de se briser. Et mon géniteur s'en félicitait.
Le corps de Jiva gisait silencieusement, et ses prunelles mousseuses ne reflétaient rien d'autre que le vide. Si tu savais, papa, ce que j'avais ressenti à cet instant précis…
Et tu me toises de ton regard de givre, me défiant de me venger.
J'aimerais. Vraiment.
Mais je n'en suis pas capable.
Pas tout de suite.

J'ai sept mois, papa.
Tu m'observes, de tes prunelles perverses. Et je te déteste.
Tu en a conscience, désormais. Tu le sens, à mes yeux aciers qui suivent avidement ta silhouette lorsque tu te détournes. Et, à chaque fois que ton ombre disparaît, le même rêve vient me hanter, même éveillé.
Je t'étripes, arrachant ta gorge dans un grondement de rage. Mais ce n'est qu'un songe. Une illusion chimérique qui, je m'en doute, ne deviendra jamais réalité. C'est douloureux.
Et la rage m'étrangle. Ou bien est-ce les sanglots ? Je l'ignore.
Peut m'importe, l'un ou l'autre, tout me va, tant que cela continue de nourrir ma haine envers toi. Et je t'aime, papa. Juste un peu. Comme j'aime ce portrait que tu me dressais de ma mère, pour m'endormir autrefois.
Je sais que tu as essayé, en vain, de m'adorer comme elle le faisait dans tes récits.

Ton visage me répugne, tu sais. C'est viscérale, et prépondérant. Il n'y a que le dégoût que j'aie pour toi qui m'anime. Qui me maintient en vie.
C'est pourquoi j'ai peur d'en finir, bien que je sache que cela arrivera inévitablement.
Une nuit, ton existence me fut absolument insupportable. Parce que tu te moquais, encore, de moi.
Alors, mon regard change. Et l'humanité quitte mon être.
Si tu ne m'avais pas si bien dressée, j'aurais sans doute pleuré. Peut-être. Mais, tu as réussi ton oeuvre grandiose. Tu as laissé une trace indélébile de ton existence, je te le promets. Je ne t'oublierai jamais.
Alors, silencieusement, alors que tu sombres dans cet état statique nommé sommeil, je m'approche de toi. Tu me fais confiance, tu penses que je quêtes seulement un peu de chaleur, comme je le faisais, parfois.
Mais tu as tords, papa chéri. C'est ta vie que je viens chercher.

Mes crocs acérés s'abattent sur toi. Fondent sur ta gorge blanchâtre. Tu réagis trop tard, ne te débats pas, c'est inutile. Mais tu essaies, quand même.
Peine perdue.
C'est toi qui m'a enseigné à ne jamais lâcher prise. Tu te souviens ? Tu m'as montré comment faire, en lacérant ma chair de tes dents. Tu es fier, papa ? J'ai retenu la leçon.
Ta vie s'essouffle, je la sens qui s'échappe sous mes assauts.
Et j'éclate de rire.
C'était hilarant, tu comprends ? Te voilà mort, alors que tu essayais si véhément de survivre envers et contre tous. Tué par ta progéniture, es-tu heureux ?
Je ne te pleurerai pas, jamais. Mes lèvres noires recouvrent mes crocs ensanglantés.
Es-tu content, papa ? Es-tu satisfait de ce monstre que tu as créé ?
Je t'aimais, tu sais. Je te détestais, aussi.

Mais, maintenant que tu es mort, que vais-je faire ?

Puis, elle apparaît.
Sa fourrure brille sous les rayons lunaires. Cette louve et son humaine.
Anka...
Vouloir protéger. Ces sentiments qui jaillissent.
Le besoin de partager.
Même si, jamais, je ne l'admettrai tout haut, son regard océanique est devenu mon ancre, soutenant mon corps balloté par une mer de haine que tu as provoquée.
Et, désormais, je ne suis plus seul.
Caractère

"Tue froidement. N'aies pas d'état d'âme."

Le leitmotiv d'Ace.
Un loup froid en apparence, enfouissant profondément ses sentiments. Il domine tout. Ses émotions, ses lubies. Tout est calculé avec une rigidité militaire. Il ne laisse jamais rien au hasard.
Déformation "professionnelle", sans doute.
Un assassin.

Un hiver perpétuel, qui ne saurait trouver de fin en son coeur, régnant en maître des lieux. Il y avait un enfant, au milieu de cet hiver. Oublié, quelque part. Il erre silencieusement, attendant patiemment les éclairs de lucidité qui lui permettait de reprendre son rôle de jeune loup. Mais, ces éclats se faisaient de plus en plus rares.
Ses magnifiques prunelles bleutées ne reflètent plus rien. Rien d'autre que ce froid qui se propage en lui, tel une traînée de poudre blanchâtre.

Son paternel l'avait toujours su. Ce qu'il était. Ce qu'il deviendrait.
Il l'avait élevé pour cela, pour lui enseigner le combat. La violence.
Et, les résultats furent probants. Ace est la violence à l'état pur. Il tue comme elle respire, et respire comme il tue.
C'est Ace.

Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas.
Tu as tort, mon enfant. Il y est, le loup. Mais tu ne l'as pas vu. Et voilà que ses crocs acérés déchirent ta gorge fine, et blanche.
Et tu tombes à terre, sans souffle. Pourtant, tes prunelles voilées aperçoivent cette silhouette sinueuse, penchée au-dessus de ton corps avachi.
Ace…
Mais, tu comprends. C'est un mâle puissant, malgré un jeune âge. Rien de surprenant à ce qu'il ait pu t'abattre. Tu ne l'as pas entendu arriver, la faute à ses pas légers, et à son corps svelte. Sa pelisse est indescriptible, couleur de nuit, sans la moindre tâche.
Ensuite, il y a ses pupilles bleutées.
Deux gouffres dans lesquelles tu te perds, de tes yeux vides. Tu sens la peur monter ? Non, après tout, tu es déjà mort.
C'est une bête imposante, aux muscles saillants. Ses allures sont froides, sèches, témoignant de ce qu'il est. Un tueur.
Rien de plus. Rien de moins.
Ace est ainsi, tu comprends ? Ne te formalises pas de ce crime qu'il a commis, ce n'est pas toi en particuliers.
Sans rien dire de plus, le loup noir se détourne silencieusement, sans même t'accorder un regard. Et tu peux voir, de tes ambres couvertes de ce fin voile de la mort, qu'il disparaît de sa démarche chaloupée, si caractéristique des grands canidés.
C'était Ace. Semant, une fois de plus, un corps encore chaud dans son sillage.
"Tu seras assassin." Assurait froidement son géniteur.
Il avait raison.

Informations complémentaires

Je tiens vraiment à ce personnage, par conséquent, j'aimerais qu'il soit jouer par une personne mature, capable de cerner au mieux le caractère de ce mâle. De plus, Ace possédant un lien étroit avec la louve Anka, j'apprécierai que le joueur souhaitant prendre ce Pré-Créé mette un point d'honneur à développer leur relation…
Voilà, c'est tout quant à mes exigences… ♥ Merci d'avance à celui/celle qui se proposera pour jouer mon petit bonhomme :3


Dernière édition par Anka le Sam 14 Mar - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre des Heavens
Nombre de messages : 265
Grade : Apprentie Guérisseuse
Familles : Aucune
MessageSujet: Re: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   Sam 14 Mar - 10:42

Comme je te l'ai dis, je veux bien te le réserver ! En revanche si quelqu'un d'autre avant que je puisse me faire un nouveau loup le veut, il peut. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crocs Sanguinaires
Nombre de messages : 343
Grade : Chasseresse.
Familles : Shira ✝ 【Soeur】; Cornélia ✝【Mère】; Jess ✝【Père】; Roka & Anoki 【Amis d'enfance/Frères Adoptifs】 Onyx 【Mère Adoptive♥】
MessageSujet: Re: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   Sam 14 Mar - 10:52

C'est toi qui voit, ça ne me dérange pas de le bloquer pour toi, mais si tu préfères jouer un autre personnage, je comprendrais ^~^ Tiens moi au courant de ta décision :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre des Heavens
Nombre de messages : 265
Grade : Apprentie Guérisseuse
Familles : Aucune
MessageSujet: Re: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   Sam 14 Mar - 12:01

C'est sûr que ce sera mon prochain personnage, à moins que quelqu'un ne réussisse à le prendre plus vite que moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crocs Sanguinaires
Nombre de messages : 343
Grade : Chasseresse.
Familles : Shira ✝ 【Soeur】; Cornélia ✝【Mère】; Jess ✝【Père】; Roka & Anoki 【Amis d'enfance/Frères Adoptifs】 Onyx 【Mère Adoptive♥】
MessageSujet: Re: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   Sam 14 Mar - 12:03

Okay ! Donc je te le réserve dès que je chope mon ordi sauvage :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】   

Revenir en haut Aller en bas
 

King Of A Castle Dead ✝ Ace. 【Réservé】

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Merac Castle Siege
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road of Freedom :: Gestion :: Les Présentations :: Personnages Prés-Créés-